Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les GAFA et mes données personnelles: la belle démagogie réactionnaire

par Paul-Louis Belletante 9 Septembre 2016, 15:58 GAFA Big Data big brother Santé

Les GAFA et mes données personnelles: la belle démagogie réactionnaire

Un dimanche matin de rentrée à la radio, un écrivain respecté sur son credo du moment : les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon et autres Netflix).

Sont-ce de potentiels monstres totalitaires en puissance, pillant nos données sans nous demander notre avis, et pouvant nous faire perdre à court terme notre humanité ?

Notez que je suis d’accord sur un point. Il est sans doute du rôle des personnes médiatiques de porter à la connaissance des masses les risques que peut représenter l’hégémonie des géants américains sur nos données.

Informer, oui. Jouer sur les peurs, non.

S’il est important de rester lucide sur les dangers d’une mauvaise utilisation de nos données, ce genre d’argumentation occasionne plus de dégâts qu’elle n’en prévient.

Il est parfois trop facile de parler de technologies que peu de gens connaissent vraiment (les «big data») en remuant leurs peurs orwelliennes les plus enfouies, à coup de succession de phrases choc démagos (votre assurance va vous coûter plus cher si elle vous surveille sur Facebook), d’arguments de science fiction quelque peu fantasmés (bientôt Amazon écrira des livres tout seul) ou autres citations venant «d’un haut responsable du renseignement français» (sic) qui lui a dit que «le monde courait à la catastrophe» (sic bis).

Peut-on pour une fois envisager une innovation sous son angle positif, plutôt que de rester accroché à des systèmes de pensée issus du siècle dernier?

Car ces nouvelles technologies sont une chance.

Ces nouvelles technologies sont un progrès.

Pour la première fois dans l’histoire humaine, nos comportements peuvent effectivement être suivis par des outils informatiques, utilisant les traces que l’on laisse en vivant (les fameuses données).

J’ai l’honneur d’avoir créé, avec d’autres, une société qui peut (avec votre accord) utiliser l’ensemble de vos données pour vous permettre de mieux vivre.

De mieux gérer votre diabète, d’éviter des accidents cardio-vasculaires, de mieux supporter votre cancer, de mieux vivre votre grossesse ou tout simplement de rester en bonne santé.

Que n’entendons-nous pas au quotidien sur les données !

Oui Madame, Monsieur, nous utilisons vos données, et nous pourrons grâce à cela peut-être vous sauver la vie.

Non Madame, Monsieur, ces données ne sont transmises à personne, car elles ne concernent que vous.

Personne d’autre que vous ne peut y avoir accès.

Car ce n’est pas notre conception de la santé digitale, et qu’en plus la loi l’interdit.

Arrêtons de stigmatiser le débat autour des données personnelles.

Il existe en France, dans le monde, des sociétés, des personnes de confiance qui considèrent vos données comme une chance pour vous.

Et qui créent des services pour vous permettre d’en profiter, tout en vous respectant, vous et vos données.

En toute honnêteté, en toute transparence.

Cela ne vous suffit pas?

Aucune de ces sociétés (ni même les GAFA) ne vous enlèvera votre libre arbitre: si vous ne faites pas confiance à Google, n’utilisez pas Google.

Et Google n’aura pas accès à vos données. Mais ne transformez pas une paranoïa dans l’ère du temps en un mode de vie réfractaire par principe à toute utilisation intelligente de vos données.

Et surtout, pas de prosélytisme facile.

Non, un algorithme n’est pas un gros mot.

Non, l’Intelligence Artificielle ne va pas vous commander demain (car elle en est tout bonnement incapable).

Non, toute société ou produit digital vous demandant vos données ne vous veut pas forcément du mal.

Oui, il faut faire attention à ce que chacun reste protégé dans sa vie privée.

Oui, il faut informer sur les possibles dérives de ces systèmes.

Mais ne faisons pas le match avant qu’il soit joué, et surtout, ne laissons pas une démagogie primaire user le potentiel d’une bonne utilisation de nos données avant même ! que l’on ait pu mesurer concrètement le progrès qui en sera issu.

____

Paul-Louis Belletante est le fondateur de la start up Betterise Health Tech (11 collaborateurs) fondée en 2014, qui propose des services digitaux d’accompagnement santé intelligents et personnalisés.

Leur principal produit: Betterise.me.

commentaires

Haut de page