Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nos enfants n’auront plus les pieds dans l’eau .. d'après JJ..

par jlduret 6 Juin 2016, 19:12 Réchauffement climatique

Nos enfants n’auront plus les pieds dans l’eau .. d'après JJ..

« Précipitations extrêmes » :

Sur la période du 28 (10h) au 31 mai (10h), les départements les plus affectés par ces fortes pluies ont été le Loir-et-Cher, le Loiret et l’Yonne. Avec en moyenne 92,9 mm sur le département du Loiret, la quantité d’eau tombée en trois jours est sans équivalent sur la période 1960 à nos jours. De tels cumuls sont atteints en moyenne tous les 10 à 50 ans, localement tous les 100 ans.

En Île-de France, les cumuls relevés sur ces 3 jours sont atteints en moyenne tous les 10 à 50 ans (à Paris-Montsouris, on a relevé 83 mm).

Météo France, « Très fortes précipitations sur l’Hexagone« , le 02/06/2016.

On me souffle que le climatologue Jean Jouzel aurait participé à une émission télévisée sur la météo du mois de mai. « C’est conforme aux prévisions des climatologues (JJ acquiesce) » relate JG2433.

Une occasion de rappeler que Jiji n’est pas seulement une personnalité médiatique mais aussi un scientifique et expert produisant des rapports pour le bien commun des Français.

VOIR GRAPHIQUES

Printemps. Nombre de jours avec plus de 20 mm de précipitations, pour la période de référence et les écarts entre les scénarios et la référence. Unité : jour. [A2: scénario haut d’émissions de GES ; B2 : scénario bas]

Source : Rapport Jouzel, « Le climat de la France au 21ème siècle« , volume 1.

JJ le réchauffiste

Les résultats des modèles sont utilisés dans les études d’attribution. Si le résultat du modèle colle aux observations, le climatologue carbocentriste dit « c’est la faute de l’homme et du CO2 ».

Dans le cas contraire, il dit parfois qu’on ne sait pas, plus souvent il se tait. Le second cas étant plus fréquent que le premier, on peut se demander à quel point les concordances ne relèvent pas du simple hasard.

L’analyse des cartes ci-dessus relève du test de Rorschach ; ou de l’art contemporain, rayon peinture psychédélique en adoptant un meilleur code couleur.

Dans les détails, des zones passent alternativement du blanc (augmentation des pluies extrêmes) puis au jaune (baisse), puis à nouveau au blanc avec l’augmentation du CO2. Globalement, la carte devient plus jaune (baisse du nombres de pluies extrêmes) avec l’augmentation du CO2 et respectivement plus blanche moins l’augmentation est forte. En extrapolant, on peut dire que le risque d’augmentation des pluies extrême est maximal avec une augmentation nulle de nos émissions de CO2. Résultat absurde s’il en est.

Concernant le mois de mai en entier, toujours selon le rapport :

Si le signe des changements de précipitations moyennes est relativement incertain pour l’hiver et l’automne (1), les deux scénarios montrent une tendance à la diminution des précipitations au printemps et en été

Un évènement météo ponctuel ne saurait mettre à bas les projections climatiques de modèles qui n’ont de toutes façons jamais été validés. Les résultats des modèles en terme de précipitations, et encore plus de précipitations extrêmes, étaient déjà particulièrement calamiteux.

Pour citer Bernard Morin : « ils ne tomberont pas plus bas ».

J’aurais aimé fonder cet article, non sur des projections invérifiables, mais sur les comparaisons entre les réalisations des modèles et les observations existantes.

Mais les modèles sont présupposés être validés, il n’y a donc rien de tout cela dans les rapports de Jean Jouzel.

Bon on va pas dire que c'est n'importe quoi, mais on le pense très fort.

(1) La variation statistiquement la plus significative des précipitations moyennes observées au 20ème siècle en France concerne pourtant une hausse en hiver et non l’été : « En hiver on ne trouve que des cumuls en augmentation, ces augmentations sont significatives pour un tiers d’entre elles. En été, on note une majorité de baisses (65%), dont aucune cependant n’est significative » http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosclim1/biblio/pigb13/06_precipitations.htm

Nos enfants n’auront plus les pieds dans l’eau .. d'après JJ..

commentaires

jipebe29 06/06/2016 20:42

Non seulement les modèles numériques ne sont pas validés, mais ils se plantent joyeusement car leurs projections divergent de plus en plus des observations. Donc, une chose est sûre: la crédibilité des modèles numériques est nulle. Voir: http://imagesia.com/plantage-lamentable-des-modeles-numeriques_10hj7

Haut de page