Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Survivrons-nous à la révolution des robots ?

par Jeanne D 30 Mars 2016, 19:00 robot Humanoïde

Survivrons-nous à la révolution des robots ?

Pourrons nous survivre à la révolution "des robots" ?

Depuis que la littérature et le cinéma d’anticipation et de science-fiction est apparu dans notre société, de nombreuses prédictions ont vu le jour.

L’une d’entre elle, « dans 50 ans, 90 % des emplois seront tenus par des robots« , est la plus populaire en ce moment. Non pas seulement parce que nous avons de plus en plus de robots dans notre quotidien, mais parce qu’elle est la prédiction qui nous rend tous nerveux…

En effet, elle nous oblige à nous interroger sur notre propre futur : Pourrons-nous survivre à une autre révolution industrielle, celle des robots ?

« Bientôt, les grands robots manifesteront pour le droit des petits robots. » Emmanuel Macron, à l’occasion des 10 ans du Cap Digital au Palais de Tokyo à Paris

Finalement, avec l’arrivée des robots dans notre société, l’industrie va petit à petit se transformer en profondeur… Mais nous espérons tous, qu’elle ne nous mettra pas sur la paille pour autant !

A la veille de l’intégration de plus en plus de robots dans nos industries, il serait peut-être temps que nous nous interrogions ensemble sur l’avenir que va nous réserver les robots. Vivrons-nous mieux avec les robots, mais sans emploi ?

Ne va-t-on pas vers une révolution ouvrière de masse ? Autant de questions que nous devrions nous poser avant de célébrer l’innovation industrielle et que la révolution des robots ne prenne plus d’ampleur.

Humain recherche travail

Certaines prédictions à propos de notre avenir technologique sont en phase de devenir réalité… Ainsi, la prédiction qui disait que « dans 50 ans, 90 % des emplois seront tenus par des robots« , nous faisait rire il y a 20 ans, mais aujourd’hui, elle nous fait peur.

Pourquoi ? Parce que chacun d’entre nous ne se demande plus à présent à quoi va ressembler le futur, mais à quoi va ressembler « son » futur. Surtout lorsque l’on sait que cette révolution des robots est essentiellement industrielle, et qu’elle est d’ores et déjà en marche.

Par exemple, les camions de livraison autonomes et les livraisons par drones sont en train de se mettre en place, et fonctionnent déjà en Nouvelle-Zélande, alors que cette industrie embauche plus de 3.5 millions de conducteurs, aux USA seulement.

Il est clair que cette industrie va connaître un coup dur au niveau de l’emploi, puisque son avenir est déjà tout tracé et ce n’est finalement qu’une question de temps… Alors combien de métiers pourront être considérés à « risque » et bientôt disparaître ?

Depuis 1989, nous vivons dans une société capitaliste, celle-ci qui est le fondement de nos industries et de nos démocraties va devoir faire face à un réel dilemme : Vivrons-nous mieux avec des robots, mais sans travail ?

Car si ces robots vont assurément améliorer notre qualité de vie au quotidien, ils vont supplanter un certain nombre de métiers… A force de promouvoir l’industrie robotique et de vouloir la mettre en place dans de nombreux domaines au nom du progrès et de l’innovation, ne va-t-on pas vers une révolution ouvrière massive d’ici 5 ans ?

Les robots sont des humains comme les autres

Afin d’intégrer au mieux les robots dans notre société pendant ce qu’on appelle la révolution des robots, il suffirait de leur inculquer un certain nombre de règles de base qui les aiderait à s’intégrer dans notre société.

Ce thème d’une vie avec les robots a largement été traitée par la littérature de science-fiction et notamment par le célèbre écrivain, Isaac Asimov, dans son cycle des robots.

Dans son roman, les hommes et les robots vivent en harmonie grâce à trois règles fondamentales : la première « Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger« ,

la deuxième « Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la Première Loi« ,

la troisième « Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n’entre pas en contradiction avec la Première ou la Deuxième Loi« .

Malgré ces précautions, Isaac Asimov s’amuse dans son roman des problèmes qui peuvent survenir lorsque ces lois se contredisent entre elles… Actuellement, aucun robot n’est assujetti à une moralité artificielle, alors comment leur demander de la compassion ou de comprendre le fait de prendre le travail des humains ?

Ils sont construits dans une optique de rentabilité et non d’humanisme, car rappelons que c’est une révolution des robots et non des humains !

L’entreprise robotique Hanson Robotics parle de son côté de « robotique sociale« , c’est un aspect de la programmation des robots qu’ils souhaitent intégrer à court terme dans leurs produits. De cette manière, les robots pourront s’intégrer plus socialement qu’industriellement dans notre société. Le but étant de créer des robots qui seront capables de devenir à long terme des êtres intelligents, capables d’éprouver de l’amour et trouver leur place dans une cellule familiale.

C’est d’ailleurs une des théories développée sur le futur des hommes et des robots, comment devons-nous les considérer ? Comme nos enfants ? Comme des intelligences artificielles amicales ? Ou comme des voleurs de travail ?

Pourquoi j’ai mangé mon robot

Une des théories à long terme développée par la communauté scientifique, imagine un futur lointain, entre 2070 et 2100, dans lequel les humains fusionneront avec les intelligences artificielles.

Ce serait un moyen de ne plus faire qu’un avec les machines et de créer des sur-hommes. Cette théorie implique donc l’insertion de matériel électronique directement dans le corps humain… Mais ces techniques existent déjà ! Les malentendants bénéficient de sondes qui communiquent le « son » directement dans le cerveau, et à ce jour, une trentaine de personnes dans le monde sont équipées de rétines artificielles.

Peut-on parler dans ce cas de fusion avec un robot ? Ou doit-on parler de trans-humains ? Les frontières sont minces finalement entre les robots et des hommes qui pourraient être, à terme, considérés comme des robots humanoïdes… Hans Moravec, un des pionniers de la robotique, imagine un futur dans lequel les hommes finiront par devenir le robot qu’ils ont créés grâce à une fusion complète.

Cette fusion complète se fera, d’après Hans Moravec, par le remplacement de chaque neurone du cerveau par un transistor. Finalement, cette révolution des robots va peut-être nous faire devenir des machines et perdre notre bien le plus précieux, qui fait de nous des êtres uniques et sensibles, le cerveau…

Où est le positif ?

Alors, au milieu de toutes ces prédictions plus ou moins pessimistes, a-t-on trouvé dans toutes ces théories un moyen de rendre positif la révolution des robots dans notre monde du travail ?

Ou doit-on finalement penser à un nouveau modèle économique ?

Il est important de s’interroger sur le sens que nous voulons donner à ces robots, ce sont des questions essentielles pour que les robots et les hommes puissent vivre en douceur cette révolution des robots.

Ces questions restent pour le moment sans réponse, mais il est sûr qu’à la vue du développement des robots qui s’accélère de plus en plus, nous aurons bien vite des réponses et nous verrons certainement de notre vivant, la révolution des robots…

Haut de page