Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une forêt tropicale fossilisée découverte dans l'Arctique

par jlduret 30 Novembre 2015, 19:48 climat chan COP21

Une forêt tropicale fossilisée découverte dans l'Arctique

Des scientifiques ont découvert une forêt fossilisée depuis des millions d'années dans l'archipel norvégien de Svalbard.

En l'étudiant, ils sont parvenus à dévoiler à quoi ressemblaient les premiers écosystèmes forestiers sur Terre.

Situé entre l’océan Atlantique et Arctique, l’archipel norvégien de Svalbard abrite un véritable trésor paléontologique. C’est du moins ce que rapporte une nouvelle étude publiée dans la revue Geology. Le trésor en question ? Une forêt fossilisée piégée depuis des millénaires. Selon les auteurs, celles-ci contiendraient même des souches d’arbres encore intactes.

"Cette forêt fossile nous montre à quoi ressemblaient la végétation et les paysages dans la région de l’Équateur il y a 380 millions d'années, alors que les premiers arbres commençaient à apparaître sur Terre", explique Chris Berry, co-auteur de l’étude et membre de l'école de la Terre et des sciences océaniques de l'Université de Cardiff.

La forêt découverte serait parmi les plus anciennes sur Terre. John Marshall, un collègue de Chris Berryet chercheur à l'Université de Southampton, explique ainsi avoir recalculé son âge en analysant les spores fossilisées et en les comparant avec d'autres de sites similaires. Il a ainsi réalisé que les vestiges étaient plus vieux de 20 millions d’années que ce qu’on ne pensait jusqu’à présent.

Les débuts des écosystèmes forestiers

Les forêts sont apparues durant le Dévonien, entre 416 millions et 358 millions d’années, une période qui selon Chris Berry marque les "débuts des écosystèmes forestiers". A cette époque, les terres de l’actuel Svalbard se situaient bien plus au Sud, pratiquement au niveau de l’Équateur.

Pour savoir à quoi elles ressemblaient, les chercheurs ont analysé des dizaines de fossiles récoltés sur plusieurs zones de l’archipel. Leurs résultats suggèrent que les forêts étaient composées principalement d’arbres lycopodes. Ces derniers pouvaient atteindre près de quatre mètres de haut et poussaient en rangs serrés à seulement quelques dizaines de centimètres les uns des autres.

Ce sont ces spécimens végétaux qui auraient en partie contribué à une chute importante des niveaux de dioxyde de carbone atmosphérique. "L'apparition d'arbres de grande taille est la cause la plus probable de cette baisse spectaculaire. Les plantes absorbent en effet le CO2 par photosynthèse pour fabriquer leurs tissus", rappelle Chris Berry.

Une extinction massive

En réponse à cette forte chute de la concentration en CO2, estimée à 15 fois inférieure à celle actuelle, les température auraient également diminué de manière spectaculaire, provoquant une période de glaciation rapide. L’événement est avec d’autres facteurs à la base de l'extinction du Dévonien, l'une des cinq extinctions massives de l’histoire terrestre. Au cours de cette crise, près de trois quarts des espèces de la planète ont disparu.

Mais la forêt de Svalbard n'est pas la seule à avoir été préservée au cours du temps. Avant de l'avoir étudiée, Chris Berry s’était intéressé à la forêt fossile de Gilboa située dans les Catskill Mountains de l'état de New York et vieille de 385 millions d’années. Et selon le chercheur, ces deux forêts présentaient des compositions très différentes, certains arbres très présents à Gilboa ne l'étant pas à Svalbard.

"Cela suggère que plus d'un groupe d'arbres formait des forêts et que ces forêts n'étaient pas identiques partout sur Terre", conclut pour LiveScience Chris Berry.

VIDEO A VOIR ICI

commentaires

Haut de page