Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Changement climatique : le débat est-il clos ?

par jlduret 26 Septembre 2014, 11:54 Climatosceptique

Changement climatique : le débat est-il clos ?

Demander au GIEC s’il y a un réchauffement climatique d’origine humaine, c’est comme demander à une banque centrale si la politique monétaire sert à quelque chose.

Par Guillaume Nicoulaud,

né en 1975 à Marseille, marié et heureux papa de trois enfants, gérant de portefeuille et occasionnellement enseignant, passionné d’économie, d’histoire et de philosophie (entre autres…), libéral, républicain, parlementariste et constitutionaliste.

_____

Voici l’ordre de mission du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) :

Le GIEC a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation. Il n’a pas pour mandat d’entreprendre des travaux de recherche ni de suivre l’évolution des variables climatologiques ou d’autres paramètres pertinents. Ses évaluations sont principalement fondées sur les publications scientifiques et techniques dont la valeur scientifique est largement reconnue.

En d’autres termes

1. On considère par hypothèse que (i) il y a bel et bien un réchauffement climatique et (ii) ce réchauffement est d’origine humaine.

2. Partant, on donne pour mission au GIEC d’évaluer les conséquences dudit réchauffement et d’élaborer des stratégies d’adaptation et d’atténuation.

Sachant cela, vous êtes tout à fait en droit d’estimer que le GIEC est une organisation parfaitement crédible dès lors qu’il s’agit d’estimer les conséquences d’un éventuel réchauffement climatique ou de proposer des solutions pour y faire face.

J’aurais bien quelques réserves à émettre mais c’est une position tout à fait défendable.

Une chose, en revanche, que vous ne pouvez pas demander au GIEC, c’est s’il y a oui ou non un réchauffement climatique d’origine anthropique.

Vous ne pouvez faire confiance à cette organisation pour se prononcer sur ce sujet pour la bonne et simple raison que vous savez que sa réponse sera biaisée.

Voici pourquoi

La première chose qui vient à l’esprit, c’est que personne au sein du GIEC n’a intérêt à ce que l’hypothèse d’un réchauffement climatique d’origine anthropique soit invalidée.

Si cette hypothèse tombe, le GIEC perd sa raison d’être et tous ceux qui y occupent une fonction risquent de la perdre avec.

Que les choses soient claires : même si vous faites aveuglément confiance aux procédures de contrôle et à l’intégrité des personnalités du GIEC, vous ne pouvez pas nier que faire partie du bureau ou du comité exécutif d’une telle organisation constitue, sur le plan professionnel et donc matériel, un avantage considérable.

Personne n’a donc intérêt à ce que l’hypothèse fondatrice du GIEC tombe et ce simple fait induit une suspicion légitime de partialité.

Mais nous n’avons pas besoin de cette possibilité

Même en supposant que tous les dirigeants du GIEC sont parfaitement intègres et que leurs intérêts personnels n’influent en aucune manière sur leurs positions quant à la réalité d’un réchauffement climatique d’origine humaine, la structure même de cette organisation induit nécessairement un biais.

La raison en est très simple : tous les dirigeants du GIEC sont forcément convaincus de la validité de cette hypothèse et sont donc tous sujets à un biais de sélection.

Concrètement, ça signifie que, même inconsciemment, ils seront toujours plus critiques envers une étude scientifique qui remet en cause leurs convictions qu’avec un papier de qualité équivalente qui les confortent.

Et si les deux points qui précédent ne suffisent pas

Posez-vous une simple question : que peut bien faire une organisation chargée d’évaluer les conséquences d’un événement d’une étude scientifique qui lui démontre que l’événement en question n’aura pas lieu ?

Réponse : rien.

Le mandat même du GIEC fait que tout résultat qui tend à démontrer qu’il n’y a pas (ou plus) de réchauffement climatique ou que le réchauffement n’est pas d’origine humaine est par nature hors sujet.

Ils ne sont tout simplement pas là pour ça : si le rédacteur de leur ordre de mission a pris la peine de le préciser noir sur blanc, ce n’est pas pour le plaisir d’alourdir un paragraphe déjà indigeste.

C’est donc un problème purement épistémologique. Demander au GIEC s’il y a un réchauffement climatique d’origine humaine, c’est comme demander à une banque centrale si la politique monétaire sert à quelque chose : la réponse sera oui, forcément, et pour les mêmes raisons.

Ce qu’il faut faire, donc ? Faire de la science

Étant données les conclusions du GIEC quant aux effets d’un éventuel réchauffement climatique – une catastrophe – et les conséquences économiques des mesures préconisées par le GIEC pour l’enrayer – une catastrophe aussi – la seule réaction un tant soit peu rationnelle consiste à faire ce que nous aurions dû faire dès le début : modéliser, au moins dans les grandes lignes, l’évolution du climat de notre planète et ne juger les différents modèles qui sortiront de cette démarche qu’à l’aune de leur robustesse théorique et de leur capacité à expliquer nos observations.

En attendant, le fameux « consensus scientifique » dont on nous rebat les oreilles reste une hypothèse et le traitement qui est réservé à cette hypothèse, lourdement biaisé et politiquement motivé, relève plus de la religion que de la science.


Sur le web.

___

(NDLR à l'attention de "chria")

Beaucoup d'articles sur le "pseudo" réchauffement-climatique sont "trollés" par un courageux internaute caché derrière le pseudo "chria".

Face à ses insultes et ses propos outranciers envers des scientifiques qui contestent le RCA, nous lui avons à plusieurs reprises demandé ses titres et qualités qui lui donnaient autant d'assurance et d'agressivité; sans résultat.

Qu'il soit donc averti que ses commentaires seront supprimés sans les précisions préalables réclamées.

Sur ce Blog, rien n'a jamais été censuré, mais nous ne tolérons pas les trolls anonymes.

commentaires

Haut de page