Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Électrosensibilité : l’Académie de médecine désapprouve

par jlduret 8 Mai 2014, 07:51 Médecine

Électrosensibilité : l’Académie de médecine désapprouve

Le Conseil Général de l’Essonne vient d’accorder une aide financière à une personne électrosensible, et l’Académie de médecine dénonce cette décision.

Un communiqué de l’Académie de médecine qui s'interroge

Le Conseil Général de l’Essonne vient d’accorder une aide financière à une personne électrosensible, à qui le statut de maladie professionnelle avait été refusé, pour lui permettre d’acquérir des dispositifs « anti-ondes » supposés l’aider à surmonter son « handicap »…

L’Académie de médecine s’interroge sur la pertinence de cette décision et considère qu’il est de son devoir d’alerter l’opinion publique et les décideurs à tous les niveaux sur le risque d’encourager des pratiques inutiles et coûteuses et de cautionner officiellement un commerce ayant pour objet de vendre des dispositifs destinés à protéger des ondes de radiofréquence dont l’innocuité dans les conditions règlementaires de leur utilisation est reconnue par la communauté scientifique.

L’Académie s’étonne qu’une telle pratique soit financée sur des fonds publics

  • aucune étude sérieuse ne confirme l’efficacité des dispositifs anti-ondes sur la santé, sinon des arguments d’autorité comme des articles de vulgarisation sur les rayonnements des téléphones mobiles, voire des constats d’huissier sans la moindre valeur scientifique, mais susceptibles cependant d’impressionner par leur caractère « officiel » ;
  • aucune réglementation n’empêche d’habiles commerçants de se lancer sur ce marché, d’autant plus florissant qu’il est alimenté par une inquiétude largement distillée dans les médias et que ces produits s’adressent à des personnes particulièrement fragiles ;
  • ces dispositifs sont en principe interdits de publicité puisque, en application des articles L. 5122-15, L. 5422-12, L. 5422-14 et R. 5122-23 à R. 5122-26 du code de la santé publique, « la publicité pour un objet, appareil ou méthode présenté comme bénéfique pour la santé est interdite lorsqu’il n’est pas établi que ledit objet, appareil ou méthode possède les propriétés annoncées ».

Publicité qui accentue les troubles

L’Académie déplore que le battage médiatique mené autour d’une décision administrative isolée, scientifiquement infondée et médicalement contre-productive, n’accentue encore les troubles de ces personnes et ne suscite la survenue d’autres cas.

L’Académie regrette le détournement des personnes électrosensibles des circuits de prise en charge médicale.

Elle rappelle que les 12 sites dédiés créés dans des hôpitaux, sur tout le territoire, sont boycottés à l’appel d’associations qui voudraient que la France reconnaisse l’électrosensibilité comme un handicap dû aux ondes. Ces associations s’appuient sur l’exemple de la Suède, en « oubliant » de préciser que ce pays a aussi officiellement déclaré s’associer à la communauté scientifique internationale pour considérer que ce handicap n’est pas lié à l’effet des champs électromagnétiques.

Les sujets se considérant électrosensibles éprouvent une réelle souffrance

Cet état peut entraîner un lourd handicap, qui doit être pris en charge comme une affection à part entière, sans tromperie sur son origine et non en arguant d’une sensibilité aux ondes dont le traitement relèverait de « dispositifs anti-ondes » ou de « zones blanches ».

L’Académie met en garde contre des allégations inexactes diffusées sous le couvert d’un « débat scientifique » qui n’a pas lieu d’être puisque le consensus sur ce point est largement acquis avec la totalité des instances scientifiques mondiales, européennes ou nationales (Organisation mondiale de la santé, « Scientific commitee on emergent and newly identified health risks », Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail). Les Académies (médecine, sciences, technologies) ont pris position sur cette question à plusieurs reprises et continueront à lutter dans l’intérêt de malades qu’il convient de soigner.

L’Académie s’inquiète de l’absence de réaction des autorités face à une mesure qui malgré ses apparences compassionnelles reste une tromperie envers les électrosensibles. Favoriser le commerce des dispositifs anti-ondes, c’est duper des personnes fragiles sur la foi de fausses allégations et de références pseudo-scientifiques, comme le rapport Bioinitiative, dont le principal auteur, Cindy Sage, propose de tels dispositifs sur internet.

L’Académie estime qu’un pas de trop a été franchi dans le déni scientifique et l’erreur médicale, et qu’il est urgent de protéger les consommateurs, en particulier en matière de santé, contre l’expansion incontrôlée de thérapies douteuses.

commentaires

Pierre Dubochet 22/05/2014 14:10

Bonjour,

Ça n'est pas le rôle de l'Académie de médecine de juger si les dispositifs de protection contre les radiofréquences sont utiles et efficaces ou pas. La teneur de cet article me motive à formuler la réponse suivante.

Effets biologiques des ondes : mythe ou réalité ?

Réalité,
selon le n° 16 de la Série des Critères d’Hygiène de l’Environnement publié par l'OMS 1981. «Des altérations fonctionnelles ont été signalées, au niveau du système nerveux et de l’appareil cardiovasculaire» avec des niveaux inférieurs aux limites d'irradiation autorisées en Suisse, en France, au Canada, etc.
http://www.pierredubochet.ch/1981,-l-oms-dit-que-les-ondes-troublent-le-sommeil.html

L'altération fonctionnelle au niveau du système nerveux et de l’appareil cardiovasculaire, qui peut toucher tant l'utilisateur de la téléphonie que celui qui y renonce, est autorisée par une base légale dans divers pays !

Réalité
pour la docteure polonaise Maria Sadcikova, dans Biologic Effects and Health Hazards of Microwave Radiation publié par l’OMS en 1973. Elle constate le caractère cumulatif des doses reçues.

Ce dossier de l’OMS mentionne que le rayonnement à micro-ondes dégrade les systèmes neuronal, vasculaire, cardiaque, opacifie le cristallin, trouble le sommeil, etc.
http://www.pierredubochet.ch/1973,-l-oms-dit-que-les-ondes-degradent-le-systeme-neuronal.html


Réalité
pour Swisscom en 2004, meneur des télécommunications suisses. La découverte de chercheurs indique que l’effet de génotoxicité (la modification de l’ADN) de la radiation électromagnétique est mis à jour via un mécanisme non-thermal, donc à faible intensité (brevet (WO2004075583). Il a été possible de montrer que le rayonnement des mobiles peut causer des dommages au matériel génétique, en particulier dans les globules blancs humains.
http://pierredubochet.ch/swisscom-indique-que-l-effet-de-genotoxicite-peut-etre-non-thermal.html

Mythe
selon un communiqué n° 296 de 2005 de l’OMS qui prétend «décrire l’état des connaissances» sur ce sujet de l’électrohypersensibilité, comme on l’appelle.

«Il existe aussi certains éléments indiquant que ces symptômes peuvent être dus à des maladies psychiatriques préexistantes, ainsi qu’à des réactions de stress résultant de la crainte inspirée par les éventuels effets sur la santé des CEM, plutôt que de l’exposition aux CEM elle-même».
http://www.pierredubochet.ch/les-symptomes-indiques-par-les-ehs-sont-peut-etre-dus-a-des-maladies.html

Au fait : pour l'année fiscale 2005-2006, plus de 40% du département CEM de l'OMS était financé par le lobby industriel GSM Association. Pour 2006 - 2007, l'industrie a versé près de $ 530'000, tandis que les gouvernements du monde entier ont totalisé moins de $ 250'000. Les fonds transitaient par l'hôpital Royal Adélaïde en Australie, où Repacholi a travaillé de 1983 à 1995 (avant de devenir chef du département CEM de l'OMS), fonds qui étaient reversés sur les comptes de l'OMS.
http://www.who.int/peh-emf/project/IAC%20progress%20report_final.pdf


Réalité
En 2011, l’OMS classe pourtant les champs électromagnétiques de radiofréquences comme «peut être cancérogène pour l’homme» (Groupe 2B, avec 266 agents), sur la base d’un risque accru de gliome, un type de cancer malin du cerveau.

Cordialement,

Pierre Dubochet, en Suisse

Christian 25/05/2014 12:49

Ce sont surtout VOS "réalités" que vous citez.
Il y a tellement d'études contraires que je ne me sens pas obligé de vous croire.
Désolé

Haut de page