Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La paradis numérique selon Michel SERRES

par jlduret 14 Décembre 2013, 18:11 numérique

La paradis numérique selon Michel SERRES

Michel Serres, une pensée jubilatoire

À l’opposé des intellectuels officiels, qui pontifient sur les dangers de la modernité numérique, cet homme de 83 ans, à la culture impressionnante, développe une pensée jubilatoire.

Il se régale de la mutation technologique.

Le numérique change tout ! L’accès à l’information, révolutionné par les moteurs de recherche.

Le rapport aux gens, rapprochés les uns des autres par les téléphones mobiles et les réseaux sociaux.

Et même le rapport à l’Espace, puisqu’Internet vous permet d’explorer la planète entière, via Google Earth et d’autres services.

Serres nous rappelle que l’Humanité à déjà connu des mutations comparables, quoique infiniment plus lentes : lors de l’invention de l’écriture, puis de celle de l’imprimerie.

Plein de promesses

Ce que nous appelons tantôt crise, tantôt mondialisation, est en réalité une transformation pleine de promesses.

Pour la première fois, les individus tiennent en main le monde entier, dans leur smarphone ! Le monde, c’est-à-dire, de nouveau, toute l’information, les gens et les lieux.

Le numérique et la question des racines

Pourtant, une question me taraude. D’abord, que va-t-il advenir des générations qui restent en dehors de la mutation numérique ? Et si nous sommes tous connectés les uns aux autres à l’échelle planétaire, « tous voisins » comme dit Michel Serres, que reste-t-il de notre identité propre ? De notre culture ? De nos valeurs ?

L'idée de Nation est obsolète

Serres n’a pas de réponse à ces questions. Il se contente de dire que nous développons de nouvelles logiques d’appartenance, de communautés d’intérêt ou d’opinion, ce qui est vrai. Il ajoute que l’idée de nation est obsolète, car nous n’avons plus d’ennemis… C’est un peu court.

Comment croire que le grand retour des questions identitaires ne serait qu’une crispation temporaire, née de la trouille des changements ?

Nous ne vivons pas que dans le virtuel, comment nous entendons-nous avec nos vrais voisins, ceux qui habitent à côté de chez nous ?

Les pays qui tirent le mieux leur épingle dans la mondialisation n’ont pas fait un trait sur leur passé. Ils s’appuient sur leur culture et leurs valeurs pour rayonner dans le monde.

Adoptons le changement numérique, mais conservons nos racines.


Sur le web.

Pierre Chappaz

commentaires

Haut de page