Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les retraités qui s'investissent dans la sphère économique

par jlduret 13 Novembre 2013, 08:35 Seniors Ecti

 Les retraités qui s'investissent dans la sphère économique

A plus de 65 ans

D'anciens cadres, chefs d'entreprise ou ingénieurs continuent de s'investir bénévolement dans le monde de l'entreprise afin de rester "dans le coup" à la retraite, et dénoncent le "désamour" des sociétés pour les seniors.

Il y a plus de 15 millions de retraités en France mais pour Renée Clair, ex-soixante-huitarde active, ce passage de l'autre côté de la barrière "n'est pas une raison pour tricoter des chaussettes".

Comme elle, 3,9 millions de Français de plus de 65 ans s'engagent bénévolement, selon une étude France Bénévolat/Ifop/Crédit Mutuel réalisée en 2013.

Dépassé techniquement ?

"Ça fait longtemps que je suis à la retraite, je n'ai pas grand chose à apporter niveau technique, mais j'ai à apporter au niveau organisation", se défend Alain Boehm, 73 ans.

Cet ancien directeur de projet à la retraite depuis une quinzaine d'années part en mission en Asie du sud-est tous les ans. Il gère la mise en relation d'autres retraités bénévoles avec des entrepreneurs locaux via l'association "Ecti Professionnels Seniors".

Cette organisation à but non lucratif organise chaque année 1.500 missions -- dont 500 à l'étranger -- de gestion de projet, aide à la création d'entreprise, réalisation d'audit...

Elle regroupe 3.000 retraités bénévoles âgés de 55 à 80 ans, "prêts à accepter des missions pour placer leurs compétences" que Claude Bounatirou, responsable des relations extérieures d'Ecti, qualifie de "précieuses".

"C'est un bénévolat d'expertise", note Dominique Thierry. Le président de France Bénévolat estime que les bénévoles seniors offrent des "compétences pointues et précises qui ne s'inventent pas".

Autres associations

Outre ceux d'Ecti, M. Thierry cite les milliers d'adhérents du réseau EGEE, d'AGIR ou de l'OTECI, qui sont tous "de vrais actifs, même s'ils ne le sont pas au sens de l'Insee".

Sont "actifs" au sens de l'Institut national de la statistique et des études économiques les individus ayant un emploi et les chômeurs.

Des retraités "vaillants" et "combatifs"

Pour le sociologue Serge Guérin, l'engagement bénévole répond à un "souhait d'être utile aux autres" et offre la possibilité de "sortir d'une situation de retraite parfois mal vécue".

"C'est une façon de respirer" qui permet d'avoir un statut, explique le spécialiste des questions liées au vieillissement.

"Ça entretient" s’enthousiasme pour sa part Alain Boehm, dont l'activité est surtout une opportunité de "ne pas perdre (ses) capacités de réflexion et voir des gens différents".

S'investir dans le monde économique, c'est aussi "continuer à être acteurs de la vie sociale" et "exister malgré la coupure de la retraite" ajoute Renée Clair.

Les retraités "n'ont pas perdu leurs compétences" et "sont encore dans le coup", insiste-t-elle, décrivant des représentants de la génération 68 toujours "vaillants" et "combatifs".

Gâchis des pré-retraites

Pourtant certains seniors peinent à trouver leur place dans l'entreprise bien avant l'âge de la retraite. Plus d'un million de Français de plus de 50 ans étaient inscrits à Pôle Emploi en août 2013.

C'est un "gâchis extrêmement grave" commente Renée Clair et pour Claude Bounatirou leur association est aussi là pour "palier ce désamour".

D'après Serge Guérin il s'agit ici d'un problème de "rapport social à l'âge".

Le sociologue remarque que dans l'entreprise un salarié de plus de 50 ans peut être considéré comme "vieux, dépassé", alors que l'on "valorise son expérience, sa capacité à prendre de la distance et son réseau" quand il revient avec un nouveau statut d'intervenant extérieur.

____
​VU ICI

commentaires

Haut de page